Vous êtes perdu ?
Consultez le Guide du Forum !
La période jouable s'étend du :
05 Janvier au 12 Mars 2675 du Calendrier d'Argent.


Vous pouvez RP en Flashback, mais n'allez pas plus loin que cette date pour ne pas interférer avec les prochains Events.

Eléments Notables
29 / 12 / 2674 ||
Assassinat du Roi Togrir et du Prince Héritier Eban, respectivement âgés de 48 et 29 ans.
Le courronnement de la future Reine, Thasaël Lunarys, devrait avoir lieu au cours des prochains mois.

Partagez | 
 

 NHAUNDAR Tebryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre du Jeu
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 27/06/2016

Compétences Magiques
Type de Magie: Pas de Magie
Puissance:
10/3  (10/3)
Maitrise:
10/3  (10/3)
MessageSujet: NHAUNDAR Tebryn   Mar 3 Jan - 15:44
Tebryn Nhaundar



Âge : 23 ans
Sexe : Masculin
Métier : Garde de Bëlisaëre/ Chef de Patrouille.
Lignée : Aucune
Don : Aucun
Signe : Ama

Avatar : Mac Vu de Kiem Vong 3

Magie : (Prédisposition) Charte
Puissance : Note 2/3
Maitrise : Note 2/3


Taille : 1m91
Corpulence : Tebryn est grand et qui plus est doté d’une corpulence assez musclé, dû à ses entraînements et son travail. De nature solide, il n’est pas très douillet et est assez résistant au froid – jusqu’à une certaine limite bien sûr. Il a des mains calleuses dû au maniement des armes.
Cheveux : Il possède des cheveux bruns foncés, allant aisément jusqu’au postérieur pour les plus longs. Ils sont dégradés et commencent vers le menton pour les plus courts, au niveau du visage. Souvent ils sont lâchés par flemme de faire une coiffure.
Yeux : Tebryn a des yeux gris foncés plein de vitalité, même si quand il est seul ceux-ci ont tendance à être plus mélancoliques.
Signe(s) Distinctif(s) : Sa grande taille et ses cheveux permettent souvent de bien le distinguer dans une foule même s’il ne cherche pas forcément à attirer l’attention. Il porte des vêtements chauds – température oblige – souvent avec de la fourrure dans des tons gris clairs, ainsi que des gants en cuir. Il possède aussi une pèlerine à capuche, là encore dans les mêmes tons de couleur. Lorsque la température avoisine les 10°C, il s’allège. Au plus beau de l’été, on peut même entrevoir son torse.

De ce que l’on peut voir facilement de lui, Tebryn est d’un naturel souriant et sympathique, même s’il n’est pas du genre à se mettre en avant, préférant rester dans un coin lors des soirées plutôt que d’aller animer celle-ci. Altruiste, il aime aider les autres sans rien demander en retour même si il préfère quand même avec au minimum un remerciement car cela lui fait plaisir d’être reconnu. Il croit en son travail et pense aider les gens à avoir une vie meilleure, de fait lorsqu’il est en tenu de garde, il se montre sérieux et efficace pensant que tous devrait faire de même, cela l’énerve quand un de ses coéquipier se relâche en fonction. Même si ce n’est pas un bagarreur, Tebryn n’hésite pas à faire usage de la force si la situation le demande, et n’a pas de scrupule à frapper s’il juge que c’est mérité sans toutefois faire souffrir inutilement ou cogner un homme déjà à terre. Il suit les ordres avec discipline tant que cela reste en adéquation avec son instinct.

Tebryn n’est pas un grand manipulateur, la maîtrise des mots n’est pas son fort et il ment mal. S’il y a bien une chose qu’il cache bien se sont ses sentiments comme l’inquiétude, l’anxiété, la peur, la jalousie et la tristesse. Non pas pour mentir mais dans l’optique de ne pas inquiéter les autres ou de leur faire peur, voir de ne pas flancher face à un ennemi. De fait, il est assez introverti et ne parle pas de ses problèmes ce qui peut le rendre assez malheureux lorsqu’il se retrouve seul chez lui, ne sachant que faire sans personne à qui demander conseil. Il est aussi le genre de personne à préférer faire une tâche lui-même pour s’assurer qu’elle soit bien faite plutôt que de déléguer. Il n’a d’ailleurs que peu d’amis proche, ayant plus de connaissances que de confidents.

Le jeune homme a le défaut d’agir – ou parler - avant de réfléchir, étant plus dans l’action et l’instinct que la réflexion. Du coup parfois il constate le résultat, pouvant aussi bien être positif que négatif. Il est conscient de ce défaut – on lui en a déjà fait la remarque – aussi essai t’il de se modérer un peu, mais quand un de ses alliés ou qu’un innocent est en danger son sang ne fait qu’un tour et il a tendance à foncer dans le tas pour aller l’aider. Loyal et fidèle, ce n’est pas le genre à abandonner un camarade derrière lui, et si un tombe, il l’aidera à marcher. Néanmoins en cas de traîtrise, en plus de le prendre très mal, il sera bien plus méfiant et ne redonnera pas sa confiance facilement.

L'individu cache une certaine jalousie et une grande frustration. Si il a fini par se faire une raison et à accepter qu’Alrik vive sa vie, sa frustration elle, augmente de jour en jour ce qui le perturbe parfois quand il est seul à se morfondre dans son lit. Il essaie aussi de ne penser à rien de pervers mais plus facile à dire qu’à faire. Ce n’est certes qu’un détail, mais cela commence à influer sur son humeur, le rendant un peu plus grognon ou un peu morose.

On peut remarquer que Tebryn n’a jamais eu de problème majeur : sa famille est encore en vie, tout comme son ami et le père de celui-ci, et s’il a bien dû combattre quelques faibles morts-vivants, jusque-là il s’en est sorti. De fait, il a gardé une certaine innocence – voir naïveté – et voit l’avenir de manière optimiste. Il a bien vu la pauvreté et parfois la délinquance mais pense que le fait d’être garde contribue à un monde meilleur.

Tebryn apprécie aussi la nature, à l’aise en forêt. Il ne tue des animaux que pour se nourrir ou pour se défendre, les respectant. De plus, il n’est pas très tranquille dans une foule, préférant les coins plus calme.

L’histoire de Tebryn commence ici, dans la petite ville de Sindël où loge entre autre un couple composé d’une femme débrouillarde Ariela, et d’un chasseur – comme la plupart des gens d’ici – Finnvald. L’accouchement se passe somme toute bien, et le bébé Tebryn naît en bonne santé. Même si la vie est rude dans ce climat froid, l’enfant grandissant bénéficie de la chaleur d’un foyer et hérite de la robustesse de ses parents, auquel s’ajoute un certain charme. Il fut baptisé quelques mois plus tard. Toujours souriant et plein de bonne volonté, le jeune Tebryn se fait facilement des amis parmi le peu d’habitants du village et accompagne les chasseurs quand il fut en âge de tenir un arc et eut appris quelques rudiments de combats. Néanmoins, malgré ce début de vie prometteur, Tebryn s’ennuyait parfois, regardant l’horizon. Il ne se voyait pas rester dans ce village indéfiniment sans jamais rien faire d’autre de sa vie, même ses parents le constataient parfois.

- Voudrais-tu aller en ville Teb ?

Tebryn secouait la tête « pas encore. » il était un peu anxieux à cette idée, n’étant guère très éduqué et n’ayant jamais été en ville. Lorsqu’il eut seize ans, deux voyageurs – père et fils – se posèrent quelques jours au village. Curieux, Tebryn les observa puis les approcha le plus souvent possible en apportant quelques provisions histoire de faire connaissance. Le père Jehan comptait rejoindre de la famille en ville, accompagné de son fils.

- Et euh… Vous avez besoin d’une protection pour aller jusqu’à Bëlisaëre ?

Jehan réfléchit un peu de la proposition :

- Si tu le souhaite tu peux nous y accompagner, si c’est ce que tu veux dire.

Cette fois, l’adolescent réfléchit plus sérieusement à la proposition : l’idée de ne pas aller tout seul en ville avec des gens cultivés qui plus est était tentante, de plus il pourrait peut-être tenter sa chance en grande ville ! Il en parla à ses parents qui acceptèrent, il était temps que leur fils s’envole de ses propres ailes. Son père lui donna son arc fétiche, et il emporta son couteau de chasse. Le lendemain, bien emmitouflé avec des provisions sur son dos, Tebryn partit en compagnie de Jehan et Alrik et quitta pour la première fois les environs proche de sa ville natale. Le long du chemin il apprit plus de chose sur eux. Le duo allait se rendre à Bëlisaëre pour aider à y tenir un commerce après le décès d’un membre de leur famille qu’ils n’avaient pas spécialement connu.

Pendant le voyage, Tebryn se lia facilement d’amitié avec Alrik, d’à peu près son âge. Le pauvre n’était pas spécialement taillé pour les voyages mais plus pour être un littéraire : le trajet l’épuisait facilement, il attrapa même un coup de froid ce qui les ralentit de quelques jours et inquiéta le jeune chasseur tout comme son père. Essayant de le soigner et de refaire des provisions, Tebryn prit son arc, déposa quelques pièges et entreprit de chasser ce qu’il trouvait sur la route pour préparer des plat chauds avec quelques herbes afin de subvenir à leur besoin.

La fin du trajet fut pénible pour tout le monde, pour Jehan inquiet, Alrik malade et Tebryn qui n’avait pas prévu de faire office de cuisinier et de porteur par intermittence avec le jeune homme sur son dos. C’est épuisés qu’ils arrivèrent à destination, Tebryn ne regarda même pas le décor et s’écroula directement dans le lit que la famille de Jehan mirent à sa disposition en l’invitant dans la demeure, ils étaient moyennement fortunés.

Ce ne fut que le lendemain que Tebryn découvrit Bëlisaëre et son activité, guidé par Jehan. En fin de journée celui-ci annonça :

- Tu nous a grandement aidé, alors si tu le souhaite notre porte sera toujours ouverte. Nous pouvons te loger durant une année le temps que tu te lance dans la vie et que tu te trouves du travail. Tu seras le bienvenue chez nous.

Rassuré, Tebryn accepta, une part coupable de lui se disait qu’il verrait Alrik souvent. Celui-ci, après avoir retrouvé la ville et la forme s’épanouissait bien plus en tant que vendeur souriant que marcheur grande distance. Après quelques mois, c’est en tendant une étiquette à mettre sur un produit – voulant tester Tebryn comme vendeur comme il ne savait pas trop quel métier faire – qu’Alrik découvrit que celui-ci ne savait pas lire.

- Oh pardon, je l’ignorais… Cela te dirait d’apprendre ?

Tebryn était un peu gêné d’avouer ce fait, mais saisi l’occasion de pallier à ce souci et de passer encore plus de temps avec son ami. Il passa les mois suivant à apprendre, mais ce n’était pas vraiment cela, de plus, il n’était pas bien doué comme vendeur. Prendre l’air lui manquait rudement et le commerce ce n’était pas fait pour lui. Sauf qu’il ne voudrait pas trop s’éloigner d’Alrik non plus. La fin de l’année approchait et il n’avait pas encore de métier viable. Et puis il eut l’illumination en se baladant aux abords de la ville, apercevant une patrouille : il serait garde. Un métier où il pourrait être dehors et rendre service. A présent qu’il savait un peu lire et vaguement écrire, c’est sans être trop honteux qu’il postula.

Il fut admit – il avait déjà des notions de combat ce qui facilita la tâche pour la mise à niveau – et pu donc enfin avoir un revenu même peu élevé afin d’avoir son propre petit logement. Tebryn fut vite jugé assez prêt pour patrouiller – avec d’autres bien sur – ce qui le lança dans la vie active. Pourtant, malgré un métier qui lui plaisait et le début de revenu stable quelque chose n’allait pas : Tebryn était jaloux. Jaloux des femmes qui souriaient à Alrik et que celui-ci flattait et complimentait poliment, rendant leur sourire. Jaloux de l’intérêt qui brillait dans les yeux de son ami quand celui-ci racontait à Tebryn que l’une d’entre elle était plus charmante que les autres. Il avait beau se focaliser sur son travail, ce n’était pas simple tout les jours.

Néanmoins Tebryn se tue. Par honte ne comprenant pas sa situation, par amitié aussi, ne voulant gâcher le bonheur de son ami. La vie suivi son cours. Le jeune homme rentrait de temps à autre à Sindël en louant un cheval quand la température était plus douce. A son désarroi, Alrik fini par se marier avec la charmante demoiselle, aussi finirent-ils par se voir de moins en moins, cela le faisait trop souffrir. Au bout d’un moment il finit par se faire une raison et sa peine s’estompa. Du côté de sa vie professionnelle, son expérience et ses bons services ont fini par le faire monter doucement en grade, et il fut nommé chef de patrouille au bout de six ans, un post qu’il prend très à cœur.

Possessions / Armes :
Un arc : un grand arc classique de chasse, avec ses quelques flèches. Tebryn l’utilise généralement hors de la ville, surtout pour chasser. Son niveau est bon puisqu’il pratique cette activité depuis son enfance.

Un couteau de chasse : Un bon couteau tranchant vieillissant, surtout utiliser pour dépecer la peau des animaux et faire la cuisine en pleine nature. Eventuellement Tebryn l’utilise pour combattre s’il n’a pas son épée sous la main.

Epée consacrée : Une épée à une main sans fioritures mais fonctionnelle. Son niveau est bon, il a reçu une formation au maniement des armes et cela fait maintenant des années qu’il l’utilise.

Une pèlerine bien chaude en fourrure gris-clair : il l'affectionne beaucoup, surtout quand il fait très froid. De plus quand il neige, il est ainsi moins voyant.

Une corne : Pour souffler dedans, afin d'indiquer un danger, un retrait ou un ralliement à la patrouille (quand la discrétion n'est plus de mise).

Des petits dès : pour jouer avec. Basique, il les a simplement acheté.

Une maison modeste à Bëlisaëre.

Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 27/06/2016

Compétences Magiques
Type de Magie: Pas de Magie
Puissance:
10/3  (10/3)
Maitrise:
10/3  (10/3)
MessageSujet: Re: NHAUNDAR Tebryn   Mar 3 Jan - 15:45
Progression Majeures :
Rien à Signaler.

Progrès Magiques :
Magie : (Prédisposition) Charte
Puissance : Note 2/3
Maitrise : Note 2/3
Inventaire :
Un arc : un grand arc classique de chasse, avec ses quelques flèches. Tebryn l’utilise généralement hors de la ville, surtout pour chasser. Son niveau est bon puisqu’il pratique cette activité depuis son enfance.

Un couteau de chasse : Un bon couteau tranchant vieillissant, surtout utiliser pour dépecer la peau des animaux et faire la cuisine en pleine nature. Eventuellement Tebryn l’utilise pour combattre s’il n’a pas son épée sous la main.

Epée consacrée : Une épée à une main sans fioritures mais fonctionnelle. Son niveau est bon, il a reçu une formation au maniement des armes et cela fait maintenant des années qu’il l’utilise.

Une corne : Pour souffler dedans, afin d'indiquer un danger, un retrait ou un ralliement à la patrouille (quand la discrétion n'est plus de mise).

Des petits dès : pour jouer avec..

Revenir en haut Aller en bas
 
NHAUNDAR Tebryn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Kamael] Nhaundar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Old Kingdom :: Préface :: Passeports :: Journaux de Bord-
Sauter vers: