Vous êtes perdu ?
Consultez le Guide du Forum !
La période jouable s'étend du :
05 Janvier au 12 Mars 2675 du Calendrier d'Argent.


Vous pouvez RP en Flashback, mais n'allez pas plus loin que cette date pour ne pas interférer avec les prochains Events.

Eléments Notables
29 / 12 / 2674 ||
Assassinat du Roi Togrir et du Prince Héritier Eban, respectivement âgés de 48 et 29 ans.
Le courronnement de la future Reine, Thasaël Lunarys, devrait avoir lieu au cours des prochains mois.

Partagez | 
 

 LUMEH Alevh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre du Jeu
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 27/06/2016

Compétences Magiques
Type de Magie: Pas de Magie
Puissance:
10/3  (10/3)
Maitrise:
10/3  (10/3)
MessageSujet: LUMEH Alevh   Mar 3 Jan - 15:40
Alevh Lumeh

   


Âge : 26 ans
Sexe : Femme
Métier : Forgeronne / Aventurière
Lignée : Aucune
Don :  Aucun
Signe : Nakh

Avatar : Inconnu.

   Magie : Charte
   Puissance : 1 /3
   Maitrise : 1 /3
   

   

   Taille : 1m67
   Corpulence : Athlétique est le meilleur mot. Son corps est finement sculpté par des années d’entretien physique entre l'escrime, la forge et la vie âpre du quotidien. Avelh n'est pas une chômeuse et cela se ressent à travers un regard aiguisé et curieux qui vous emporte avec elle dans sa prochaine folie.
   Cheveux : Couleur Auburn, attachés en un chignon pour plus de confort quotidien.
   Yeux : Verts
   Signe(s) Distinctif(s) :Alliance bien marquée d'un puissant coup de dague.
   

   Alevh est une femme qui peut être qualifiée de "droite". Endurcie par quelques épreuves personnelles et la violence relative du quotidien de Basserive, elle s'est petit à petit réfugiée dans le travail. En temps normal c'est une personne joyeuse et qui possède une bonne aura pour s'imposer au sein d'un groupe mais elle a aujourd'hui besoin d'être à nouveau guidée vers l'espoir afin de sortir d'une dépression trop ancrée.
En oubliant ces sinistres périodes, Alevh sait être une bonne camarade, serviable et maternelle avec ses plus proches amis. Fervente protectrice de la solidarité, elle fait parti de ceux qui essayent de réchauffer les coeurs et les âmes dans la vie de tous les jours avant qu'elle même ne s'éteigne il y a quelques années.

A côté de cette noblesse d'âme, Alevh est rapidement devenue arbitraire, se rendant elle même juge d'une situation, elle pouvait se montrer cruelle aux yeux de certains mais tant que cela lui semblait juste, elle agissait. Parallèlement, la rancune est devenue une amie solidaire de la jeune femme. Lui porter un coup dans le dos, c'est déjà un de trop et la confiance s durement acquise, sera immédiatement détruite.
Relativement sociable, depuis le début dépression, ses "amis" commencent à l'abandonner ne supportant plus de s'entendre leurs quatre vérités.

Alevh est aussi une battante, habituée des échauffourées elle est la première à avoir l'occasion de tester ses lames et armures lorsqu'il s'agit de mettre en déroute avec la milice un groupe de hors la lois ou de morts vivants bien que toutes ses armes ne soit pas consacrées, il arrive qu'elle puisse s'allouer les services de certaines mages pour répondre au besoin croissant d'armes de ce type.

   

   Une jeune enfant naquit en 2649 dans le Comté de Basserive. Deux jeunes parents, heureux le lendemain d'un énième assaut repoussé aux abords de la cité maudite comme disaient certains habitants et colporteurs. Ils venaient d'avoir une petite fille qu'ils nommèrent Alevh comme leur première fille mort-né il y a quelques années.
La petite famille habitait une maison en pierre dans centre ville contrairement aux petites bâtisses paysannes en bois qui entouraient la cité et ses champs. Hodran, le père tenait une forge au rez de chaussé tandis que sa mère cousait le tissus avant d'aller le vendre au marché tôt le matin. Une vie normale qui vit grandir ce nouvel enfant de Basserive.

Dès l'âge de 8 ans la petite fille qui naviguait entre ses deux parents, commença à s'intéresser de plus en plus au travail de son père, passant de longues heures à observer le nombre compte le nombres de coups qu'il portait sur chaque morceaux de fer, bronze ou autres matériaux qu'elle apprit à reconnaître avec le temps.
Remarquant sa présence de plus en plus intrusive, Hodran son père commença à se faire aider de sa fille, commençant par des tâches désuètes comme verser de l'eau ou lui préparer un bon repas. Il finit avec l'âge par lui faire tenir le marteau, refroidir l'enclume ou encore régler le nombre de pièces d'or avec les clients. En plus de ces tâches ménagères, Alevh bénéficia d'une éducation standard dans l'école de Basserive. La classe n'était pas obligatoire et la majorité des élèves s'y rendaient quand leurs parents n'avaient pas besoin d'eux aux champs ou à la boutique. Seuls les enfants bien nés bénéficiaient du luxe de l'éducation permanente qui leur ouvriraient un chemin tout tracé pour devenir quelqu'un d'important comme disait Hodran.

Les années passèrent et c'est à l'âge de seize ans que la jeune femme devint pleinement forgeronne avec son père comme maître. Contre les voeux de sa mère, elle attendit encore un an avec de s'engager dans la garde civile à côté de son passe temps devenu un métier.
La première création complète de la jeune femme fut une armure qui lui était destinée, elle fut officiellement estampillée par le forgeron de la garde qui se proposa pour la prendre sous son aile à son tour, disposant d'un atelier plus grand et de meilleurs outils, il vit un potentiel chez cette jeune femme.
Pendant des années elle passera son temps entre la forge, la maison et la caserne. Il ne lui faudra pas longtemps avant de tuer son premier être humain, lors d'une patrouille dans les champs, ils furent attirés par une ferme en train de flamber dont les pillards étaient encore en train de piller les lieux. Alevh ne réfléchit pas et avec ses alliés, elle se précipita dans la fournaise, en tête de ligne, elle abattit sa lame sans avoir eu le temps de se poser de questions. Cet épisode la marqua pendant des nuits avant qu'elle ne décide de se détacher de tout ça. Si ils étaient contre elle, c'est qu'ils avaient mérités leur sort, cette manière de pensée resterait à vie. A vingt ans,  Hodran son père accueillit un nouvel apprenti qui logeait chez eux. Rapidement, Alevh s'éprit de ce dernier, la réciproque ne fut pas vraie pour autant et ce n'est qu'après plusieurs intrigues qu'une relation commença à s'établir. Elle avait toujours attirée les regards et certaines convoitises mais un certain détachement concernant les choses de l'amour, l'avait toujours rendue inaccessible jusqu'à ce jour.

C'est l'année suivante qu'ils se déclarèrent un amour sans faille, baignant dans un bonheur au sein d'une vie emprunte d'obligations et de dangers. Une cérémonie unissant les deux êtres fut donnée sur la place principale du centre ville là où de nombreux autres mariages avaient lieux. Ils menèrent une petite vie qui en dehors du tumulte guerrier de la ville, avait du bon. Une nouvelle maison venait de se libérer suite au déménagement de ses occupants souhaitant trouver une vie plus paisible ailleurs. Une longue dispute visant à faire quitter la garde à Alevh éclata entre eux et ce fut un sujet récurrent mais finalement, ce fut son jeune époux qui trouva la mort avant elle. Ils avaient fait prospérer leur commerce naissant, elle forgeait, il exportait dans la région et malgré une escorte maigrichonne de garde, un groupe de bandits de grands chemins tombèrent sur la caravane. Seul une partie des gardes en réchappèrent, le butin des ventes et l’équipement restant fut volé tout comme la vie d'Aguiran, son époux.

La jeune femme était dévastée, du jour au lendemain elle raya son alliance qui serait maintenant le symbole de toutes les émotions qu'elle se jurait de ne plus avoir. Elle se rappela pourquoi il était douloureux d'être heureux, d'avoir des amis et des gens à qui l'on tenaient. Profitant du passage d'un professeur itinérant et de quelques élèves pré adolescent. Elle négocia avec lui pour l'accompagner dans son enseignement. Si au début elle se trouva un côté maternel insoupçonné, la perte de l'un d'entre eux qu'elle retrouva le visage dévoré par les loups et la découverte d'un autre jeune décédé finirent de la renfermer sur elle même. Elle ne parla plus qu'au professeur tout en se contentant d'être une sentinelle pour le petit groupe d'études. Elle voyagea ainsi pendant 4 ans s'entrainant chaque soir au maniement de l'épée qu'elle connaissait déjà, cherchant à toujours se perfectionner dans l'art du combat pour défendre ceux qu'elle ne voudrait plus perdre.  Elle profita de son amitié avec le professeur pour que ce dernier Consacre son épée devenue un instrument mortel contre les créatures mortes vivantes.

L'année de ses 25 ans, elle décida d'arrêter de voyager quelques temps, trouvant le temps de se poser à nouveau à Basserive après avoir découvert de nouveaux horizon, sa vie se trouvait là bas et dur constat. En son absence, sa mère était morte un soir d'hiver particulièrement violent. La maladie l'emportant. Son père malgré une lourde déprime semblait s'être lui aussi renfermé dans le travail, tel père.. tel fille ?

Reprenant le travail à la forge de son père, elle fut recontactée par la garde qui souhaitait la ré-intégrer, lui signalant que depuis quelques temps, il y avait une recrudescence de mort vivants et d'autres évènements plutôt étrange. Elle en fut témoin lors d'une de ses nombreuses promenades mélancoliques au abords du Lac Rouge, un lieu qui faisait frémir dans le dos et qui la terrifiait, mais elle prenait cette peur pour un défis qu'elle devait surmonter au plus profond d'elle pour tourner une page restée trop longtemps ouverte.

En reprenant la forge, elle reçut de plus en plus de demande pressantes de nouvelles armes consacrées si possible et c'est ainsi qu'elle se mit à démarcher des Mages de passages ou locaux pour accomplir le rituel nécessaire à la consécration d'une arme. Finalement, se liant d'amitié avec l'un d'entre eux qui accepta de plus ou moins travailler à la forge dans ce but. Seul la garde de la ville était autorisée à se faire fabriquer une telle arme, en premier lieu les officiers, les aventuriers et autres non officiels devant trouver eux même leur mage.

Pendant une année, le marché était grandissant mais Alevh ressentait déjà le besoin de retrouver le goût de l'aventure, le seul goût qui l'avait empêchée de devenir n'importe qui si elle était restée à Basserive quelques années plus tôt.



   Possessions / Armes : Une maison/forge à Basserive, un cheval et Sans-coeur son épée consacrée. Ce sont les seules possessions "notables". Probablement une petite bourse dû à son travail récent et acharné.
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 27/06/2016

Compétences Magiques
Type de Magie: Pas de Magie
Puissance:
10/3  (10/3)
Maitrise:
10/3  (10/3)
MessageSujet: Re: LUMEH Alevh   Mar 3 Jan - 15:41
Progression Majeures :
Rien à Signaler.

Progrès Magiques :
Magie : Charte (Prédispositions)
Puissance : 1 /3
Maitrise : 1 /3
Inventaire :
- Un cheval
- Sans-coeur, son épée consacrée.

Revenir en haut Aller en bas
Alevh
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 03/01/2017

Compétences Magiques
Type de Magie: Pas de Magie
Puissance:
1/10  (1/10)
Maitrise:
1/10  (1/10)
MessageSujet: Re: LUMEH Alevh   Lun 9 Jan - 2:02
Relations Joueurs

 
Ezrael Irdhël
Il semblerait qu'Ezrael ait déjà rencontré Alevh par le passé. C'est un souvenir flou dans l'esprit de la jeune femme, mais une nouvelle rencontre en 2675 lui rafraîchit la mémoire. Ils auraient passés du temps ensemble il y a six ans lors de la fête de l'hiver de Basserive.



Prénom(s) Nom
Ecrivez ici le contenu du lien.


Relations PNJ Important

 
Prénom(s) Nom
Ecrivez ici le contenu du lien.


Prénom(s) Nom
Ecrivez ici le contenu du lien.


 
   
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LUMEH Alevh   
Revenir en haut Aller en bas
 
LUMEH Alevh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Old Kingdom :: Préface :: Passeports :: Journaux de Bord-
Sauter vers: